Professeur documentaliste : un référentiel-métier à revoir !
Article publié le vendredi 14 décembre 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le ministère vient de présenter un projet de référentiels de compétences de l'enseignant des professeurs documentalistes. Plusieurs éléments nous ont marqué et nous avons porté les remarques suivantes lors d'une consultation inter-syndicale au ministère le 12 décembre dernier.

Ce texte entretient des confusions entre nouvelle circulaire de mission, référentiel de formation, et référentiel de compétences professionnelles. Le rôle pédagogique des professeurs documentalistes est minoré et affilié à “l'éducation aux médias et à l'information”, partagée par tous les enseignants. On assiste à un glissement du champ de référence de l’info-documentation vers de l'éducation pluridisciplinaire.

Le terme “centre de ressources” utilisé dans le texte évite soigneusement d'avoir à utiliser celui de “CDI” et porte en creux l'idée de le transformer en Centre de Culture et de Connaissances (3C). Ainsi, les professeurs documentalistes doivent travailler de manière étroite avec la vie scolaire et les CPE, ainsi qu'avec le chef d'établissement. Les professeurs documentalistes deviennent aussi des agents de l’innovation imposée par le haut, quand on leur demande par exemple de “favoriser l’évolution du système éducatif en participant à la conception et à la mise en oeuvre d’innovations et de nouveaux dispositifs.”

La nécessité de se former tout au long de la vie n'est pas exprimée, contrairement aux autres référentiels présentés (enseignants, CPE), alors même que les exigences listées dans ce texte sont démesurées et inéquitables, comme par exemple celle de « faire une analyse critique de son travail, soit par auto-évaluation, soit avec le concours d’une tierce expertise, et modifier le cas échéant sa pratique professionnelle. » Ces “compétences” ne peuvent être spécifiques aux professeurs documentalistes.

Le SE-Unsa demande au ministère d'organiser une consultation et un débat sur les missions du professeur documentaliste. L’évolution actuelle est trop portée par une vision unilatérale qui questionne l’identité professionnelle des professeurs documentalistes. Nous dénonçons un problème de méthode. Le SE-Unsa rappelle la nécessité d'intégrer l’enseignement de compétences informationnelles pensées dans un curriculum allant de la maternelle à l'université. Nous demandons en conséquence que ces compétences informationnelles soient clairement définies dans le socle commun renouvelé.

Il ne s'agit pas de dénoncer en bloc des évolutions du métier, il s'agit de les concevoir dans un cadre transparent, concerté, en évitant la précipitation, et en considérant le professeur documentaliste comme un enseignant à part entière, avec des missions définies de manière équitable par rapport aux autres professeurs certifiés.